LAYER

CLASS

Indique le début d’un objet CLASS.

Dans une couche, une seule classe sera utilisé pour afficher une feature. Chaque feature est testée en fonction d’une classe dans l’ordre dans laquelle celles-ci apparaissent dans le mapfile. La première classe dont les contraintes d’échelle min/max et la vérification de l’EXPRESSION fonctionnent pour la feature en cours sera utilisée pour le rendu.

CLASSGROUP [chaîne]

Spécifie le groupe de la classe qui sera pris en compte au moment du rendu. Le paramètre GROUP de l’objet CLASS doit être utilisé en combinaison avec CLASSGROUP.

CLASSITEM [attribut]

Nom de l’élément dans la table attributaire à utiliser dans les correspondances de classe.

CLUSTER

Indique le début d’un objet CLUSTER.

The CLUSTER configuration option provides to combine multiple features from the layer into single (aggregated) features based on their relative positions. Supported only for POINT layers.

COMPOSITE

Signals the start of a COMPOSITE object.

One or more COMPOSITE blocks can be used to signal that rendering should be done in a temporary image and merged onto the final map image in a final step. The options defined inside the COMPOSITE block will determine how this merging should be done (e.g. by appying opacity, composition operator, or pixel filters)

CONNECTION [string]

Chaîne de caractères pour une connexion distante à une base de données.

Une chaîne de caractères pour une connexion SDE est composée d’un nom de serveur (“hostname”), d’un nom d’instance, d’un nom de base de données, d’un nom d’utilisateur et de son mot de passe séparés par des virgules.

Avertissement

MapServer’s native SDE driver was removed for the MapServer 7.0 release (see discussion). SDE support can still be accessed through the OGR driver.

Une chaîne de caractères pour une connexion PostGIS est sensiblement identique à une connexion pour PostgreSQL, elle prend la forme “user=nomuser password=****** dbname=dbname host=localhost port=5432”

Une chaîne de caractères pour une connexion Oracle s’écrit comme ceci : utilisateur/motdepasse[@basededonnees].

Voir aussi

Données vecteur for specific connection information for various data sources.

Voir aussi

See Kernel Density Estimation (Dynamic Heatmap) for specific connection information for kernel density estimation.

CONNECTIONTYPE [contour|kerneldensity|local|ogr|oraclespatial|plugin|postgis|sde|union|uvraster|wfs|wms]

Type de connexion. Par défaut “local”. Voir la documentation additionnelle pour les autres types.

Voir aussi

Données vecteur for specific connection information for various data sources. See Couche union for combining layers, added in MapServer 6.0

Voir aussi

See Kernel Density Estimation (Dynamic Heatmap) for specific connection information for kernel density estimation.

Note

mygis est un autre type de connection, mais il est déprécié; merci de voir la section MySQL du document sur les données vecteur pour les détails relatifs à la connexion.

DATA [nom du fichier]|[paramètres sde][table/colonne postgis][table/colonne oracle]

Nom complet du fichier de données spatiales à traiter. Aucune extension n’est nécessaire pour les fichiers Shape. Un chemin relatif par rapport à l’option SHAPEPATH de l’objet Map peut être utilisé.

S’il s’agit d’une couche SDE, le paramètre devrait inclure le nom de la couche ainsi que la colonne de géométrie, par exemple “mylayer,shape,myversion”.

S’il s’agit d’une couche PostGIS, le paramètre devrait être de la forme “<columnname> from <tablename>”, où “columnname” est le nom de la colonne contenant les objets géométriques et où “tablename” est le nom de la table depuis laquelle les données géométriques seront lues.

Pour Oracle, utilisez “shape FROM table” ou “shape FROM (SELECT statement)” ou n’importe quelle autre requête complexe conforme à Oracle! Notez que l’impact sur les performances est toujours important lors de l’utilisation de sous-requêtes spatiales. Essayez plutôt d’utiliser l’option FILTER de MapServer aussi souvent que possible. Vous pouvez aussi voir les requêtes SQL soumises en forçant une erreur, par exemple en soumettant un paramètre DATA invalide, en utilisant par exemple un mauvais nom de colonne.

Voir aussi

Données vecteur for specific connection information for various data sources.

DEBUG [off|on|0|1|2|3|4|5]

Active le débogage de la couche dans la carte courante.

Débogage avec les versions de MapServer >= 5.0 :

Une sortie “verbeuse” est générée et envoyée dans la sortie standard des erreurs (STDERR) ou dans le fichier d’erreurs de MapServer si celui-ci est défini via la variable d’environnement “MS_ERRORFILE”. Vous pouvez définir la variable d’environnement en utilisant le paramètre CONFIG au niveau MAP du mapfile, comme ceci :

CONFIG "MS_ERRORFILE" "/ms4w/tmp/ms_error.txt"

Vous pouvez également définir la variable d’environnement dans Apache en ajoutant la ligne suivante à votre fichier httpd.conf :

SetEnv MS_ERRORFILE "/ms4w/tmp/ms_error.txt"

Une fois que la variable d’environnement est définie, le paramètre DEBUG du mapfile peut être utilisé pour contrôler le niveau de débugage en sortie. Voici une description des valeurs possibles de DEBUG :

  • DEBUG O or OFF - Seuls les appels msSetError() sont enregistrés dans MS_ERRORFILE. Aucune sortie msDebug(). C’est la valeur par défaut et correspond au comportement d’origine de MS_ERRORFILE dans MapServer 4.x.

  • DEBUG 1 or ON - Inclut toutes les sorties de DEBUG 0 plus les avertissements msDebug() au sujet des erreurs communes, des affirmations fausses et de situations d’erreur non fatale (par exemple des valeurs manquantes ou invalides pour certains paramètres, des fichiers Shape manquants dans un “tileindex”, des erreurs de délai dépassé depuis un serveur WMS/WFS distant, ...).

  • DEBUG 2 - Inclut toutes les sorties de DEBUG 1 plus des avis et une information temporelle utiles pour la modification des mapfiles et des applications.

  • DEBUG 3 - Toutes les sorties de DEBUG 2 plus quelques sorties de débugage utiles dans les problèmes de fonctionnement comme les URLs appelées pour les connexions WMS, les appels à une base de données distante, ... C’est le niveau recommandé pour déboguer les mapfiles.

  • DEBUG 4 - DEBUG 3 plus quelques détails supplémentaires ...

  • DEBUG 5 - DEBUG 4 plus les sorties msDebug() plus utiles aux développeurs qu’aux utilisateurs.

Vous pouvez également définir le niveau de débugage en utilisant la variable d’environnement “MS_DEBUGLEVEL”.

Le paramètre DEBUG peut également être spécifié pour toute la carte, en définissant ce paramètre DEBUG dans l’objet MAP.

Pour plus de détails sur le mécanisme de débogage, consultez la MS RFC 28: Redesign of LOG/DEBUG output mechanisms.

Débogage avec les versions de MapServer < 5.0 :

Une sortie “verbeuse” est générée et envoyée dans la sortie standard des erreurs (STDERR) ou dans le fichier d’erreurs de MapServer si celui-ci est défini par le paramètre LOG dans l’objet WEB. Les utilisateurs Apache verront les temps de traitement du rendu dans le fichier error_log d’Apache. MapServer doit être compilé avec l’option DEBUG=MSDEBUG (option du “configure” : –with-debug).

DUMP [true|false]

Depuis la version 6.0, DUMP n’est plus utilisé du tout. La METADATA de LAYER est utilisée à la place.

Commutateur permettant à MapServer de retourner les données au format GML. Très utile quand vous utilisez les opérations “GetFeatureInfo” de WMS. Désactivé par défaut.

Obsolète depuis la version 6.0: La METADATA`de la `LAYER est utilisée à la place.

Voir aussi

Serveur WMS

ENCODING [string]

The encoding used for text in the layer data source. The value must be supported by ICONV (for example “LATIN1”). When ENCODING is set (and not equal to “UTF-8”), the data source text attributes will be converted to UTF-8.

Nouveau dans la version 7.0.

EXTENT [xmin] [ymin] [xmax] [ymax]

L’étendue spatiale des données. Dans la plupart des cas vous n’avez pas besoin de définir ceci, mais il peut être utilisé pour éviter le coût sur la vitesse lorsque MapServer calcul l’étendue des données. Une application peut également utiliser cette valeur pour écraser l’étendue de la carte.

FEATURE

Indique le commencement d’un objet FEATURE

FILTER [chaîne]

This parameter allows for data specific attribute filtering that is done at the same time spatial filtering is done, but before any CLASS expressions are evaluated. The string is simply a MapServer expression:

FILTER ("[type]"='road' and [size]<2)

Native filters are supported through the NATIVE_FILTER PROCESSING key:

PROCESSING 'NATIVE_FILTER=id=234'

Note

Until MapServer 6, native filters could be specified as:

FILTER 'where id=234'.

But this is no longer supported.

FILTERITEM [attribut]

Élément à utiliser avec des expressions FILTER simples. OGR et fichiers Shape seulement.

FOOTER [filename]

Mise en forme (“template”) à utiliser après qu’un jeu de résultats d’une couche ait été envoyé. Modes de requête “multirésultat” seulement.

GEOMTRANSFORM [<expression>|<Javascript file>]

Used to indicate that the current feature will be transformed. Introduced in version 6.4.

  • <expression>: applique l’expression donnée à la géométrie.

    Expressions supportées :

    • (buffer([shape],dist)): Buffer the geometry ([shape]) using dist pixels as buffer distance. For polygons, a negative dist will produce a setback.
    • (simplify([shape],tolerance)): simplifies a geometry ([shape]) using the standard Douglas-Peucker algorithm.
    • (simplifypt([shape], tolerance)): simplifies a geometry ([shape]), ensuring that the result is a valid geometry having the same dimension and number of components as the input. tolerance must be non-negative.

    There is a difference between STYLE and LAYER GEOMTRANSFORM. LAYER-level will receive ground coordinates (meters, degress, etc) and STYLE-level will receive pixel coordinates. The argument to methods such as simplify() must be in the same units as the coordinates of the shapes at that point of the rendering workflow, i.e. pixels at the STYLE-level and in ground units at the LAYER-level.

    LAYER NAME "my_layer"
        TYPE LINE
        STATUS DEFAULT
        DATA "lines.shp"
        GEOMTRANSFORM (simplify([shape], 10))  ## 10 ground units
        CLASS
            STYLE
                GEOMTRANSFORM (buffer([shape], 5)  ## 5 pixels
                WIDTH 2
                COLOR 255 0 0
            END
        END
    END
    

    The [map_cellsize] variable is available if you need to pass a pixel value at the LAYER-level.

    LAYER NAME "my_layer"
        TYPE LINE
        STATUS DEFAULT
        DATA "lines.shp"
        UNITS meters
        # 10 * [map_cellsize] == 10 pixels converted to ground units
        GEOMTRANSFORM (simplify([shape], [map_cellsize]*10))
    ...
    

    To get this variable working in the math expression parser, the [map_cellsize] has to be converted into the layer ground unit. If you choose to use [map_cellsize] in your GEOMTRANSFORM expression, you must explicitly set the UNITS option in the layer.

GRID

Indique le commencement d’un objet GRID.

GROUP [nom]

Nom d’un groupe auquel la couche appartient. Le nom de groupe peut ensuite être référencé comme un nom normal de couche dans les fichiers de mise en forme (“template”), ce qui permet de faire certaines opérations comme afficher ou cacher un groupe de plusieurs couches en une seule opération.

Si un nom de groupe est présent dans les paramètres LAYERS de la requête CGI, toutes les couches de ce groupe sont alors retournées (le STATUS de(s) couche(s) LAYER n’a pas d’effet).

HEADER [filename]

Mise en forme (“template”) à utiliser avant qu’un jeu de résultats d’une couche ait été envoyé. Mode de requête “multirésultat” seulement.

JOIN

Indique le commencement d’un objet JOIN.

LABELANGLEITEM [attribut]

(À partir de MapServer 5.0 ce paramètre n’est plus disponible. Voyez le paramètre ANGLE de l’objet LABEL) Pour les versions < 5.0 de MapServer c’est le nom de l’élément dans la table attributaire à utiliser pour la valeur des angles de la classe d’annotation. Les valeurs doivent être exprimées en degrés.

Obsolète depuis la version 5.0.

LABELCACHE [on|off]

Spécifie si les étiquettes doivent être dessinées comme des entités de la couche en cours de dessin, ou si elles doivent être cachées et dessinées après que toutes les couches aient été dessinées. Activé par défaut. La suppression des superpositions d’étiquettes, le placement automatique etc... ne sont disponibles que lorsque le cache d’étiquette est actif.

LABELITEM [attribut]

Nom de l’élément dans la table attributaire à utiliser comme classe d’annotation (par exemple pour l’étiquetage).

LABELMAXSCALEDENOM [double]

Échelle maximale pour laquelle la couche est étiquetée. L’échelle est donnée comme dénominateur de la fraction de l’échelle actuelle. Par exemple pour une carte à l’échelle de 1:24000, il s’agit de 24000. Implémenté dans MapServer 5.0 pour remplacer le paramètre obsolète LABELMAXSCALE.

Voir aussi

Map Scale

LABELMINSCALEDENOM [double]

Échelle minimale pour laquelle la couche est étiquetée. L’échelle est donnée comme dénominateur de la fraction de l’échelle actuelle. Par exemple pour une carte à l’échelle de 1:24000, il s’agit de 24000. Implémenté dans MapServer 5.0 pour remplacer le paramètre obsolète LABELMINSCALE.

Voir aussi

Map Scale

LABELREQUIRES [expression]

Définit le contexte pour l’étiquetage de cette couche, par exemple :

LABELREQUIRES "![orthoquads]"

... signifie que cette couche ne sera pas étiquetée si la couche nommée “orthoquads” est visible (“on”). La syntaxe consiste en une expression booléenne basée sur le statut des autres couches, chaque sous-chaîne [layer name] est remplacée par un 0 ou un 1 selon le paramètre STATUS de la couche et ensuite évaluée normalement. Les opérateurs logiques AND et OR peuvent être utilisés.

LABELSIZEITEM [attribut]

(À partir de MapServer 5.0 ce paramètre n’est plus disponible. Voyez le paramètre SIZE de l’objet LABEL) Pour les versions < 5.0 de MapServer, c’est le nom de l’élément de la table attributaire à utiliser comme classe des tailles d’annotation. Les valeurs doivent être en pixels.

Obsolète depuis la version 5.0.

MASK [nom de couche]

The data from the current layer will only be rendered where it intersects features from the [layername] layer. [layername] must reference the NAME of another LAYER defined in the current mapfile. can be any kind of mapserver layer, i.e. vector or raster. If the current layer has labelling configured, then only labels who’s label-point fall inside the unmasked area will be added to the labelcache (the actual glyphs for the label may be rendered ontop of the masked-out area.

Note

Unless you want the features of [layername] to actually appear on the generated map, [layername] should usually be set to STATUS OFF.

MAXFEATURES [entier]

Spécifie le nombre d’entités qui seront dessinées pour cette couche dans la fenêtre COURANTE. Utilisation intéressante avec les étiquettes et les données triées (par exemple les lacs par zone).

MAXGEOWIDTH [double]

Maximum width, in the map’s geographic units, at which this LAYER is drawn. If MAXSCALEDENOM is also specified then MAXSCALEDENOM will be used instead.

La largeur de la carte en unités géographiques peut être trouvées en calculant ce qui suit à partir de l’étendue:

[maxx] - [minx]

Nouveau dans la version 5.4.0.

MAXSCALEDENOM [double]

Minimum scale at which this LAYER is drawn. Scale is given as the denominator of the actual scale fraction, for example for a map at a scale of 1:24,000 use 24000.

Nouveau dans la version 5.0.0: Replaced MAXSCALE.

Voir aussi

Map Scale

METADATA

Ce mot-clé permet d’enregistrer des données arbitraires comme un couple de valeurs. Ceci est utilisé avec OGC WMS pour définir des éléments comme le titre de la couche. Il peut aussi permettre plus de souplesse lors de la création des mises en forme (“template”), puisque tout ce que vous mettrez ici sera accessible via les balises du template.

Exemple

METADATA
    "title" "My layer title"
    "author" "Me!"
END
MINGEOWIDTH [double]

Minimum width, in the map’s geographic units, at which this LAYER is drawn. If MINSCALEDENOM is also specified then MINSCALEDENOM will be used instead.

La largeur de la carte en unités géographiques peut être trouvées en calculant ce qui suit à partir de l’étendue:

[maxx] - [minx]

Nouveau dans la version 5.4.0.

MINSCALEDENOM [double]

Echelle minimale pour laquelle cette couche est dessinée. L’échelle est donnée comme dénominateur de la fraction de l’échelle actuelle. Par exemple pour une carte à l’échelle de 1:24000, il s’agit de 24000. Implémenté dans MapServer 5.0 pour remplacer le paramètre obsolète MINSCALE.

Voir aussi

Map Scale

NAME [string]

Nom court de cette couche. Ce nom est le lien entre le mapfile et les interfaces web qui se réfèrent à ce nom. Ils doivent être identiques. Le nom doit être unique, sinon une couche en remplacera une autre à différentes échelles. Utilisez l’option GROUP pour associer les couches entre elles. Il est recommandé que le nom ne contienne pas d’espaces, de caractères spéciaux, ou commence avec un nombre (ce qui peut poser des problèmes lors du passage vers des interfaces comme les services OGC).

OFFSITE [r] [g] [b] | [hexadecimal string]

Sélectionne l’index de couleur utilisé pour la transparence des couches raster.

  • r, g and b shall be integers [0..255]. To specify black pixels, the following is used:

    OFFSITE 0 0 0
    
  • hexadecimal string can be

    • RGB value: “#rrggbb”. To specify magenta, the following is used:

      OFFSITE "#FF00FF"
      
    • RGBA value (adding translucence): “#rrggbbaa”. To specify a semi-translucent magenta, the following is used:

      OFFSITE "#FF00FFCC"
      

OPACITY [entier|alpha]

Obsolète depuis la version 7.0: Use a COMPOSITE block instead.

PLUGIN [nom du fichier]

Bibliothèque additionnelle à charger par Mapserver, pour cette couche. Elle est généralement utilisée pour charger le support spécifique pour des couches SDE ou Microsoft SQL Server, comme ceci :

CONNECTIONTYPE PLUGIN
CONNECTION "hostname,port:xxx,database,username,password"
PLUGIN "C:/ms4w/Apache/specialplugins/msplugin_sde_92.dll"
DATA "layername,geometrycolumn,SDE.DEFAULT"
POSTLABELCACHE [true|false]

Indique à MapServer de dessiner cette couche après que toutes les étiquettes en cache auront été dessinées. Très utile pour ajouter une touche finale et d’autres éléments similaires. Désactivé par défaut.

PROCESSING [chaîne]

Passe une directive de procédure à utiliser avec cette couche. Les directives de procédure reconnues varient en fonction du type de couche et du pilote sous-jacent qui les traitera.

  • ArcSDE Directives - All ArcSDE processing options are described in ArcSDE. Here are two examples.

    PROCESSING "QUERYORDER=ATTRIBUTE"
    PROCESSING "OBJECTID=OBJECTID"
    
  • Attributes Directive - L’option ITEMS de PROCESSING permet de définir le nom des attributs pour les couches en ligne ou de spécifier le sous-ensemble des attributs à utiliser par la couche, par exemple :

    PROCESSING "ITEMS=itemname1,itemname2,itemname3"
    
  • Clustering - cluster object directives are described in CLUSTER

    PROCESSING "CLUSTER_GET_ALL_SHAPES=ON"
    PROCESSING "CLUSTER_KEEP_LOCATIONS=ON"
    PROCESSING "CLUSTER_USE_MAP_UNITS=ON"
    PROCESSING "ITEMS=attribute1,attribute2,attribute3"
    
  • Connection Pooling Directive - This is where you can enable connection pooling for certain layer layer types. Connection pooling will allow MapServer to share the handle to an open database or layer connection throughout a single map draw process. Additionally, if you have FastCGI enabled, the connection handle will stay open indefinitely, or according to the options specified in the FastCGI configuration. Oracle Spatial, ArcSDE, OGR and PostGIS/PostgreSQL currently support this approach. “DEFER” enables connection pooling; “ALWAYS” will always close the connection after use, and will also not try to reuse a shared connection from the pool that might come from another layer.

    PROCESSING "CLOSE_CONNECTION=DEFER"
    

    or

    PROCESSING "CLOSE_CONNECTION=ALWAYS"
    
  • Contour Directives - contour directives are described in Contour.

    PROCESSING "BANDS=1"
    PROCESSING "CONTOUR_INTERVAL=5"
    PROCESSING "CONTOUR_LEVELS=100,500,1000"
    PROCESSING "CONTOUR_ITEM=elevation"
    
  • Kernel density radius - Radius in pixels of the gaussian filter to apply to the bitmap array once all features have been accumulated. Higher values result in increased cpu time needed to compute the filtered data.

    PROCESSING "KERNELDENSITY_RADIUS=10"
    

    Nouveau dans la version 7.0.

  • Kernel density compute borders - A kernel of radius “r” cannot be applied to “r” pixels along the borders of the image. The default is to extend the search rectangle of the input datasource to include features “r” pixels outside of the current map extent so that the computed heatmap extends to the full extent of the resulting image. This can be deactivated when tiling if the tiling software applies a metabuffer of “r” pixels to its requests, to avoid the performance overhead of computing this extra information.

    PROCESSING "KERNELDENSITY_COMPUTE_BORDERS=ON|OFF"
    

    Nouveau dans la version 7.0.

  • Kernel density normalization- If set to “AUTO”, the created raster band will be scaled such that its intensities range from 0 to 255, in order to fully span the configured color ramp. Such behavior may not be desirable (typically for tiling) as the resulting intensity of a pixel at a given location will vary depending on the extent of the current map request. If set to a numeric value, the samples will be multiplied by the given value. It is up to the user to determine which scaling value to use to make the resulting pixels span the full 0-255 range; determining that value is mostly a process of trial and error. Pixels that fall outside the 0-255 range will be clipped to 0 or 255.

    PROCESSING "KERNELDENSITY_NORMALIZATION=AUTO|numeric"
    

    Nouveau dans la version 7.0.

  • Raster colour ramping - RANGE_COLORSPACE=RGB|HSL - The default RANGE support interpolates colors between stops in RGB space, which usually results in washed out colors. The interpolation can be done in HSL space which usually results in wanted output for heatmaps.

    PROCESSING "RANGE_COLORSPACE=HSL"
    

    Nouveau dans la version 7.0.

  • Label Directive - L’option LABEL_NO_CLIP de PROCESSING peut être utilisée pour éviter le découpage des formes quand on détermine les points d’ancrage associés des étiquettes. Cela évite des changements dans la position des étiquettes comme les étendues changent entre les dessins de carte. Cela évite aussi les étiquettes dupliquées quand les entités apparaissent dans de multiples tuiles adjacentes quand on créé des cartes tuilées.

    PROCESSING "LABEL_NO_CLIP=True"
    
  • Line Rendering Directive - The POLYLINE_NO_CLIP processing option can be used to skip clipping of shapes when rendering styled lines (dashed or styled with symbols). This avoids changes in the line styling as extents change between map draws. It also avoids edge effects where features appear in multiple adjacent tiles when creating tiled maps.

    PROCESSING "POLYLINE_NO_CLIP=True"
    
  • **OGR Styles Directive - Cette directive peut être utilisée pour obtenir les styles de labels via MapScript. Pour plus d’information lisez le document OGR avec MapServer.

    PROCESSING "GETSHAPE_STYLE_ITEMS=all"
    
  • MSSQL specific options - MSSQL_READ_WKB=TRUE - Uses WKB (Well Known Binary) format instead of native format when fetching geometries.

    PROCESSING "MSSQL_READ_WKB=TRUE"
    
  • Native filter Directive - This directive can be used to do driver specific filtering. For database connections the string is a SQL WHERE clause that is valid with respect to the underlying database.

    PROCESSING "NATIVE_FILTER=id=234"
    

    Nouveau dans la version 7.0.

  • PostGIS specific options - FORCE2D=YES can be used to force 2D only geometries to be retrieved from PostGIS.

    PROCESSING "FORCE2D=YES"
    
  • Vector field specific rendering options - UV_SPACING: The spacing is the distance, in pixels, between arrows to be displayed in the vector field. Default is 32. UV_SIZE_SCALE: Used to convert the vector lengths (magnitude) of the raster to pixels for a better rendering. Default is 1.

    PROCESSING "UV_SPACING=40"
    PROCESSING "UV_SIZE_SCALE=0.2"
    
  • AGG renderer tweaking - This directive can be used for setting the linear gamma to be used when rendering polygon features. The default value of 0.75 (that can be overridden at the OUTPUTFORMAT level) can be set to a lower value to limit/remove the faint outlines that appear between adjacent polygons. A value of 0.5 is usually good enough.

    PROCESSING "GAMMA=0.5"
    
  • Raster Directives - Toutes les options des procédures raster sont décrites dans le HOWTO:ref:raster. Ici nous voyons les directives SCALE et BAND utilisées pour redimensionner les données raster et modifier le mappage des bandes.

    PROCESSING "SCALE=AUTO"
    PROCESSING "BANDS=3,2,1"
    
  • Union layer Directives - The following processing options can be used with the union layers: UNION_STATUS_CHECK (TRUE or FALSE) - controls whether the status of the source layes should be checked and the invisible layers (STATUS=OFF) should be skipped. Default value is FALSE. UNION_SCALE_CHECK (TRUE or FALSE) - controls whether the scale range of the source layes should be checked and the invisible layers (falling outside of the scale range and zoom range) should be skipped. Default value is TRUE. UNION_SRCLAYER_CLOSE_CONNECTION - override the connection pool setting of the source layers. By introducing this setting we alter the current behaviour which is equivalent to: “UNION_SRCLAYER_CLOSE_CONNECTION=ALWAYS”

    PROCESSING "UNION_STATUS_CHECK=FALSE"
    PROCESSING "UNION_SCALE_CHECK=TRUE"
    PROCESSING "UNION_SRCLAYER_CLOSE_CONNECTION=ALWAYS"
    
PROJECTION

Indique le début d’un objet PROJECTION.

REQUIRES [expression]

Définit le contexte pour l’affichage de cette couche (voir LABELREQUIRES).

SCALETOKEN

Signals the start of a SCALETOKEN object. Allows scale dependent string substitutions. See MS RFC 86: Scale-dependant String Substitutions.

LAYER
  ...
  SCALETOKEN
    NAME "%pri%"
    VALUES
      "0" "1"
      "1000" "2"
      "10000" "3"
    END # VALUES
  END # SCALETOKEN
  # data from a specific table:
  DATA "geom from mytable_%pri%"
  # data from a specific Shapefile format dataset:
  DATA "/path/to/roads_%pri%.shp"
  # data from a specific column in the table:
  DATA "geom_%pri% from roads"
  # filtering:
  DATA "geom_%pri% from (select * from roads where pri > %pri%) as foo"
  CLASS
    ...
  END # CLASS
END # LAYER

In the previous example, %pri% would be replaced by:

  • “1” for scale denominators smaller than 1,000, giving:

    DATA "geom from mytable_1"
    DATA "/path/to/roads_1.shp"
    DATA "geom_1 from roads"
    DATA "geom_1 from (select * from roads where pri > 1) as foo"
    
  • “2” for scale denominators between 1,000 and 10,000:

    DATA "geom from mytable_2"
    DATA "/path/to/roads_2.shp"
    DATA "geom_2 from roads"
    DATA "geom_2 from (select * from roads where pri > 2) as foo"
    
  • “3” for scale denominators larger than 10,000:

    DATA "geom from mytable_3"
    DATA "/path/to/roads_3.shp"
    DATA "geom_3 from roads"
    DATA "geom_3 from (select * from roads where pri > 3) as foo"
    

Nouveau dans la version 6.4.

SIZEUNITS [feet|inches|kilometers|meters|miles|nauticalmiles|pixels]
Sets the unit of STYLE object SIZE values (default is pixels). Useful for simulating buffering. nauticalmiles was added in MapServer 5.6.
STATUS [on|off|default]

Définit le statut actuel de la couche. Fréquemment modifié par MapServer lui-même. “Default” active la couche (“on”) en permanence.

Note

En mode CGI, les couches avec STATUS DEFAULT ne peuvent pas être désactivées par les mécanismes classiques. Il est recommandé de définir des couches en STATUS DEFAULT lorsque l’on souhaite débuguer un problème puis de les redéfinir à ON/OFF en utilisation normale.

Note

Pour le WMS, les couches dans le mapfile du serveur dont le paramètre STATUS vaut DEFAULT sont toujours envoyées au client.

Note

Le STATUS des couches individuelles d’un GROUP n’a pas d’effet quand le nom du groupe est présent dans le paramètre LAYERS d’une requête CGI - toutes les couches seront retournées.

STYLEITEM [<attribute>|auto|<javascript file>]

Styling based on attributes or generated with Javascript

  • <attribute>: Item to use for feature specific styling. The style information may be represented by a separate attribute (style string) attached to the feature. MapServer supports the following style string representations:

    • une définition de STYLE MapServer - la chaîne de style peut être représentée comme un bloc de STYLE MapServer en suivant l’exemple suivant :

      STYLE BACKGROUNDCOLOR 128 0 0 COLOR 0 0 208 END
      
    • une définition de CLASS MapServer - En spécifiant la CLASS complète à la place d’un seul style permet d’avoir plus d’options (comme la définition d’expressions, d’attributs d’étiquettes, de styles multiple) sur la base d’un fonctionnement par entité.

    • OGR Style String - MapServer support rendering the OGR style string format according to the OGR - Feature Style Specification documentation. Currently only a few data sources support storing the styles along with the features (like MapInfo, AutoCAD DXF, Microstation DGN), however those styles can easily be transferred to many other data sources as a separate attribute by using the ogr2ogr command line tool as follows:

      ogr2ogr -sql "select *, OGR_STYLE from srclayer" "dstlayer" "srclayer"
      
  • AUTO: The value: AUTO can be used for automatic styling.
    • Le stylage automatique peut être fourni par le pilote. Actuellement, le pilote OGR supporte le stylage automatique

    • Quand ils sont utilisés pour une Couche union, les styles des couches source seront utilisés.

  • <Javascript file>: A Javascript file that returns a new string containing either a STYLE definition or a CLASS definition with one or multiple styles. See STYLEITEM Javascript.

    LAYER
      ...
      STYLEITEM "javascript://myscript.js" # relative path
      CLASS
      END
    END
    

    or

    LAYER
      ...
      STYLEITEM "javascript:///home/user/myscript.js" # absolute path
      CLASS
      END
    END
    

    Nouveau dans la version 6.6.

    Note

    Requires Gestion de MapScript V8.

SYMBOLSCALEDENOM [double]

L’échelle à laquelle les symboles et/ou les textes apparaissent à leur taille normale. Cela permet une échelle dynamique des objets en fonction de l’échelle de la carte. S’il n’est pas défini alors cette couche apparaitra toujours à la même taille. La mise à l’échelle a lieu seulement entre les limites comprises entre MINSIZE et MAXSIZE comme décrit plus haut. L’échelle est donnée comme le dénominateur de la fraction de l’échelle, par exemple, pour une carte à l’échelle de 1:24 000 utilisez 24000. Implémenté dans MapServer 5.0, pour remplacer le paramètre déprécié SYMBOLSCALE.

Voir aussi

Map Scale

TEMPLATE [fichier|url]

Utilisé comme une alternative globale au TEMPLATE CLASS. Voir la partie Templating pour plus d’informations.

TILEINDEX [nom du fichier|nom de la couche]

Nom du fichier d’index de tuile ou de la couche. Un index de tuile est similaire à un index de bibliothèque d’ArcInfo. L’index de tuile contient des objets polygones pour chaque tuile. Le champ qui contient la localisation des données tuilées est données par le paramètre TILEITEM. Quand un fichier est utilisé comme index de tuile pour des couches shapefile ou raster, l’index de tuile doit être un shapefile. Pour les couches OGR avec CONNECTIONTYPE, n’importe quelle source de données gérée par OGR peut être un index de tuile. Normallement la localisation doit contenir le chemin vers le fichier tuile relatif au shapepath, non à l’index de tuile lui-même. Si le paramètre DATA contient une valeur alors il est ajouté à la fin de la localisation. Quand une couche d’index de tuile est utilisée, elle fonctionne de la même manière qu’en référençant directement un fichier, mais n’importe quel source de données peut être utilisé (ie. postgres, oracle).

Note

Tous les fichiers dans l’index de tuile doivent avoir le même système de coordonnées, et pour les fichiers vecteurs le même nombre d’attribut et dans le même ordre.

Note

Starting with MapServer 6.4, raster layers can use a tileindex with tiles of different projections. For that, the TILESRS parameter must be specified.

TILEITEM [attribut]

Champ qui contient la localisation d’une tuile individuelle, “location” par défaut.

TILESRS [attribut]

Name of the attribute that contains the SRS of an individual tile. That SRS can be expressed in WKT format, as an EPSG:XXXX code or as a PROJ.4 string. If the tileindex contains rasters in different projections, this option must be specified. If the tileindex has been generated with gdaltindex (GDAL >= 2.0), the value of TILESRS is the value of the -src_srs_name option of gdaltindex. See Tileindexes avec des tuiles dans différentes projections

Note

Cette option est actuellement disponible que sur les couches raster.

TOLERANCE [double]
Sensitivity for point based queries (i.e. via mouse and/or map coordinates). Given in TOLERANCEUNITS. If the layer is a POINT or a LINE, the default is 3. For all other layer types, the default is 0. To restrict polygon searches so that the point must occur in the polygon set the tolerance to zero. This setting does not apply to WFS GetFeature operations.
TOLERANCEUNITS [pixels|feet|inches|kilometers|meters|miles|nauticalmiles|dd]

Unités de la valeur de la TOLERANCE. pixels est la valeur par défaut. Nauticalmiles a été ajouté dans MapServer 5.6.

TRANSPARENCY [entier|alpha] - déprécié

Obsolète depuis la version 5.0: Use OPACITY instead.

Obsolète depuis la version 7.0: Use COMPOSITE instead.

TRANSFORM [true|false] | [ul|uc|ur|cl|cc|cr|ll|lc|lr]

Informe MapServer si une couche particulière nécessite ou non d’être transformée à partir d’un système de coordonnées vers des coordonnées image. True par défaut. Cela vous permet de créer des shapefiles en coordonnées image ou graphique et donc d’avoir des objets qui seront toujours affichées dans au même endroit pour chaque carte. L’idéal pour placer des logos ou du texte sur des cartes. Souvenez vous que le système de coordonnés graphique a une origine en haut à gauche de l’image, contrairement à la plupart des systèmes de coordonnées des cartes.

La version 4.10 introduit la possibilité de définir des features avec des coordonnées données en pixel (ou en pourcentage, voir UNITS), la plupart du temps des features inline, relative à un autre endroit que le coin UL (haut, gauche) d’une image. C’est ce que signifie ‘TRANSFORM FALSE’. En définissant une origine alternative cela vous permet d’ancrer quelque chose comme un copyright ou un autre morceau d’image d’une manière indépendante de la taille de l’image.

TYPE [chart|circle|line|point|polygon|raster|query]

Specifies how the data should be drawn. Need not be the same as the shapefile type. For example, a polygon shapefile may be drawn as a point layer, but a point shapefile may not be drawn as a polygon layer. Common sense rules.

Dans le but de différencier les POLYGON et les POLYLINE (qui n’existe pas en tant que type), utilisez ou omettez simplement respectivement le mot-clé COLOR lors de la classification. Si vous l’utilisez, c’est un polygone avec une couleur de remplissage, sinon ce sera une polyligne avec seulement un OUTLINECOLOR.

A circle must be defined by a a minimum bounding rectangle. That is, two points that define the smallest square that can contain it. These two points are the two opposite corners of said box. The following is an example using inline points to draw a circle:

LAYER
  NAME 'inline_circles'
  TYPE CIRCLE
  STATUS ON
  FEATURE
    POINTS
      74.01 -53.8
      110.7 -22.16
    END
  END
  CLASS
    STYLE
      COLOR 0 0 255
    END
  END
END

TYPE query means the layer can be queried but not drawn.

Note

TYPE annotation has been deprecated since version 6.2. Identical functionality can be obtained by adding LABEL level STYLE blocks, and do not require loading the datasets twice in two different layers as was the case with layers of TYPE annotation.

Voir aussi

The Dynamic Charting HowTo for TYPE chart.

UNITS [dd|feet|inches|kilometers|meters|miles|nauticalmiles|percentages|pixels]

Unités de la couche. Percentages a été ajouté dans MapServer 4.10 (dans ce cas, une valeur entre 0 et 1) et est plutôt utilisé pour les entités “en ligne”. Nauticalmiles a été ajouté dans MapServer 5.6.

UTFDATA [string]

A UTFGrid JSON template. MapServer expression syntax (expressionObj). If no UTFDATA is provided, no data beyond the UTFITEM values will be exposed. If UTFITEM is set, the UTFDATA expose those so that keys and data can be connected. See MS RFC 93: UTF Grid Support and UTFGrid Output.

UTFDATA "{\"id\":\"[fid]\", \"name\":\"[name]\", \"area\":\"[area]\"}"

Nouveau dans la version 7.0.

UTFITEM [string]

The attribute to use as the ID for the UTFGrid. If a UTFITEM is not set, the sequential id (based on rendering order) is being used. If UTFITEM is set, the UTFDATA expose those so that keys and data can be connected. See MS RFC 93: UTF Grid Support and UTFGrid Output.

UTFITEM "fid"

Nouveau dans la version 7.0.

VALIDATION

Signals the start of a VALIDATION block.

A partir de MapServer 5.4.0, les blocs VALIDATION sont le mécanisme préféré pour spécifier les patterns de validation pour les paramètres CGI de substitution de variables. Voir la Substitution à la volée.